Votre  Horoscope  du jour

Astrologie

 

Il était une fois l'astrologie...

 

Deuxième partie

 

Le début de l'interdiction de l'astrologie avec l'Empire romain et la difficile cohabitation de l'étude des astres et de la foi chrétienne...

Vers 287 ap. J.-C., l'empereur romain Dioclétien interdit l'astrologie. Le christianisme condamne l'étude des astres et la situation devient difficile pour les astrologues : les ecclésiastiques, lors du concile de Laodicée (Asie Mineure) ayant eu lieu avant l’an 381, ont ordre de ne plus s'occuper d'astrologie. Le concile de Tolède (Espagne) à partir de 400 ap. J.-C. permet d'excommunier toute personne qui croit en l'astrologie ! Vers 529, l'empereur romain Justinien ferme la dernière école d'astrologie d'Athènes. Les astrologues se réfugient en Perse, mais le mal est fait : l'astrologie disparaît d'Europe pendant près de 4 siècles !

Elle fera tant bien que mal son retour grâce à la civilisation arabo-musulmane. Pendant des siècles, les Arabes vont traduire les textes astrologiques grecs. C'est au travers des croisades que l'astrologie arabo-grecque se répandra de nouveau en Occident. Les Arabes jouent un rôle clef et créent un élément nouveau : le calcul de points fictifs appelés les parts arabes dont la toujours très utilisée part de Fortune. L'astrologue Al-Kindi (800-870) parle d'astro-médecine. Le monde arabe sauvegarde le savoir astrologique !

Pendant ce temps-là, à l'autre bout du monde, une civilisation prospère et montre des talents astronomiques et astrologiques qui laissent encore rêveurs les chercheurs du XXIème siècle : les Mayas !

La plus grande des civilisations précolombiennes surprend encore par ses connaissances du ciel !

Si la civilisation maya s'échelonne entre 2 000 av. J.-C. et 1562 ap. J.-C., son apogée se situe entre 300 et 900 ap. J.-C. dans le Sud du Mexique et dans la partie Nord de l'Amérique Centrale (Guatemala, Belize, Yucatan, Salvador). Seuls les prêtres, considérés comme l'élite, pratiquaient l'astrologie. L'astronomie était avant tout une science au service des prédictions qu'ils réalisaient sur le futur. Ils faisaient plus de l'astrologie que de l'astronomie.

castillo

Les Mayas ont développé à un niveau très avancé ce que l'on appelle l'astro-architecture qui combine les connaissances astronomiques avec le savoir-faire architectural. L'étude approfondie de la disposition des temples et bâtiments mayas a permis des découvertes surprenantes : les constructions sont orientées vers des astres particuliers en corrélation avec des événements marquants. Les Mayas avaient un véritable engouement pour le ciel ! On peut ainsi faire référence au bâtiment El Castillo (Chichen Itza – Yucatan – Mexique) dont la datation estimée se situe entre 650 et 800 ap. J.-C. : ses caractéristiques sont directement liées au calendrier solaire maya. Cette pyramide présente 4 faces divisées en 9 plateaux avec un escalier de 91 marches. Le nombre total de marches équivaut au nombre de jours dans une année (4x91=364 + le plateau du sommet = 365) ! La plus haute pyramide maya qui culmine à tout de même 64 mètres de hauteur se situe à Tikal.

La plupart des constructions mayas étaient aussi des observatoires (et cela en pleine forêt tropicale !), car l'observation astronomique semble avoir été une activité prépondérante chez les Mayas. Il existe un superbe observatoire maya dans la péninsule du Yucatan (Mexique) : El Caracol qui signifie l'Escargot (daté de 900 à 1000 ap. J.-C.). Son nom vient du fait que l'édifice possède un escalier en colimaçon qui mène à une petite pièce avec des meurtrières permettant d'observer les astres.

Les Mayas possédaient un calendrier sacré à rôle prédictif : le Tzolkin qui ne compte que 260 jours, car il a été élaboré en fonction du cycle des Pléiades. Il était basé sur l'étude des positions des planètes (Vénus, Mars, Jupiter ou Saturne), les solstices et les équinoxes. Une légende maya raconte que l'univers vient des Pléiades or, grâce au télescope Hubble, nos astronomes contemporains ont découvert que les étoiles naissent dans une grande spirale qui provient des Pléiades ! Fascinant ! Les calculs mayas sont impressionnants : la durée de leur année solaire était de 365,2420 jours. En Europe, le calcul précis n'a été possible qu'au XIXème siècle et l'astronomie actuelle nous informe que l'année solaire dure précisément 365,2422 jours !

Les Mayas avaient également créé un almanach avec le cycle complet de Vénus de 584 jours (583,92 jours en réalité) pour faire le tour de la Terre. Vénus était reliée au dieu serpent à plumes Quetzalcóatl et certaines de ses positions étaient associées à des mauvais présages comme l'arrivée d'une guerre. Les Précolombiens avaient organisé leur astrologie sur 13 constellations. L'étoile Polaire leur servait à s'orienter sur terre. La Voie Lactée semble avoir joué un rôle clef. Le calendrier solaire de 365 jours appelé Haab avait une utilité agricole : lorsque les Pléiades apparaissaient au matin du mois d'avril, le temps des semences démarrait. L'observation du ciel définissait le moment pour semer, récolter et chasser.

Pour des raisons mal connues, la civilisation maya a périclité vers 900 apr. J.-C., mais les Mayas ont préservé leurs coutumes jusqu'à l'arrivée des Conquistadores espagnols dans le Nouveau Monde. C'est vers 1500 qu'ils ont été forcés de supprimer tous les restes de leur passé : la langue, les costumes, la tradition orale et l'utilisation des temples ont été formellement proscrits. Les Mayas possédaient une écriture hiéroglyphe et regroupaient leur savoir dans des codex : les rares codex retrouvés parlent d'astrologie et de numérologie. Pour le reste, tout a été détruit...

L'astrologie meurt chez les Mayas et renaît en Europe : elle vit, de nouveau, comme le Phénix, un de ses nombreux cycles de mort et de renaissance !

Revirement de situation en Europe : l'astrologie est étudiée à l'université !

nostradamus

Vers 1150, le dominicain Albert le Grand réhabilite l'astrologie dans son ouvrage Speculum Astronomiae et tente de réconcilier astrologie et foi chrétienne. C'est Catherine de Médicis (1519 -1589) qui introduit l'astrologie à la cour de France avec pas moins de trois astrologues officiels. En 1555, elle appellera le célèbre astrologue Nostradamus (1503-1566), dont la renommée n'est plus à faire, à la cour. Vers 1550, l'astrologie connaît, à nouveau, une phase d'apogée. Le rôle des astronomes-astrologues est primordial : Galilée, Kepler, Newton et Copernic mettent en place les fondements de notre astrologie moderne. Copernic (1473-1543) démontre que la Terre tourne sur elle-même et autour du Soleil. Galilée (1564-1642) observe Jupiter et les anneaux de Saturne et Kepler (1571-1630) étudie Mars ! Newton (1642-1727) avec sa théorie de l'attraction universelle établit les premières tables lunaires pour les calculs astrologiques. L'astrologie se recentre sur ses origines grecques et est enseignée à l'université. On trouve alors des chaires d'astrologie à Bologne, Florence ou Paris.

France : l'astrologie mise au banc des accusés et bannie !

Mais le vent tourne... Descartes (1596-1650) associe l'astrologie avec de la magie (dont elle est pourtant totalement étrangère) et ce n'est pas le seul. 1666, c’est l'année noire pour l'astrologie occidentale : Colbert (1619-1683), ministre de Louis XIV, sous l'influence des Jésuites, crée  l'Académie des Sciences Françaises et interdit l'enseignement de l'astrologie à l'université : la chaire d'astrologie de la Sorbonne est fermée sans ménagement. Il supprime également la fonction d'astrologue royal. La situation semble claire : les astronomes, véritables scientifiques, doivent se dissocier totalement des astrologues qui deviennent des propagateurs de superstitions archaïques. C'est l'ère du matérialisme et du rationalisme qui commence.

colbert

L'astrologie survit de manière secrète à travers quelques almanachs populaires et sociétés ésotériques. Les auteurs La Fontaine (1621-1695) et Molière (1622-1673) se moquent ouvertement des « horoscopeurs ». L'affaire des poisons à la cour de France va porter un coup fatal à l'astrologie : elle est alors associée avec les sorciers empoisonneurs dont Madame de Montespan utilisait les services. On condamne alors l'astrologie dans sa totalité au lieu de s'attaquer exclusivement aux dérives inacceptables qui lui sont associées.

En 1710, c'est le coup de grâce ! L'impression des éphémérides et des tables des maisons (indispensables pour monter une carte du ciel) est stoppée. L'influence de la France est prépondérante en Europe : c'est le Siècle des Lumières (XVIIIème siècle). Si La France dit que l'astrologie est une superstition alors tout le monde suit ! Voilà comment des millénaires d'histoire et d'étude des astres sont balayés d'un revers de main ! L'astrologie semble avoir disparu en Europe et pourtant...

Après une longue période à vide, l'astrologie renaît de ses cendres avec l'entrée de l'horoscope dans la presse féminine au début des années 30. En France, jusqu'en 1994, le métier de « devin » (dont fait partie juridiquement l'astrologie) était un délit prévu par le Code pénal ! Il faudra donc attendre le 1er mars 1994 pour que la législation soit amendée : un « devin » n'est plus passible de 5 ans d'emprisonnement simplement parce qu'il exerce son métier ni de voir son matériel confisqué ! Le chemin a été bien long pour en arriver là !

Le boom des horoscopes de presse et d'internet

En France, les premiers horoscopes apparaissent dans la presse féminine en 1932 et dans la presse quotidienne en 1935 : ils imitent alors les médias nord-américains qui viennent de créer leur rubrique astrologique avec un franc succès dès 1930 dans le Sunday Express. C'est Paris-Soir qui lance l'horoscope quotidien. Sa forme évoluera avec le temps : en 1938, le magazine Marie Claire présente le premier horoscope dans la forme que nous connaissons aujourd'hui. Les horoscopes de magazine vont insuffler un nouvel élan et un nouvel intérêt pour l'astrologie généraliste. Autrefois, l'étude des astres était réservée à une élite : on prédisait l'avenir pour les rois et les grands de ce monde. L'horoscope change littéralement la donne puisqu'il vulgarise l'astrologie et la rend populaire donc accessible à tous. C'est un changement radical et profond de société qui s'enclenche alors : peu importe qui vous êtes, vous avez le droit d'accéder aux informations et aux prédictions via l'astrologie !

Les premiers ordinateurs sont construits entre 1946 et 1955, mais il faudra de nombreuses années avant que ses découvertes ne soient commercialisées et fabriquées en série. L'arrivée de l'ordinateur et des logiciels informatiques va marquer un nouveau pas décisif et très utile pour les astrologues. Nous sommes au début des années 80 et c'est l'arrivée en fanfare de l'ordinateur individuel ! En 1967 apparaît le premier programme informatique de calculs astrologiques. Jusque-là, vous étiez obligé de monter votre carte du ciel vous-même avec les fastidieux calculs astronomiques, éphémérides en main ! Il y avait l'art d'interpréter les planètes et la méthode (bien longue) pour monter un thème avant toute interprétation ! La création des logiciels de calculs astrologiques change tout : vous avez aujourd'hui en quelques secondes, sous vos yeux, la carte du ciel de n'importe quelle personne dans le monde ! Voilà un gain de temps considérable !

ordinateur

C'est en 1955 qu'IBM crée le premier réseau informatique à but commercial : il relie alors 1 200 téléscripteurs à travers les États-Unis pour réserver les vols de la compagnie American Airlines. Nouvelle avancée en 1971 : Ray Tomlinson met au point le premier courrier électronique, ancêtre de nos e-mails. C'est en 1972 que le terme « internetting » est prononcé pour la première fois face au grand public. Lorsqu'internet débarque dans notre quotidien, c'est un nouveau changement qui intervient. En 1996 (début de l'ère internet), on compte 10 millions d'utilisateurs. En 2003, on dépasse déjà les 200 millions d'utilisateurs dans le monde et la courbe ne cesse d'augmenter depuis ! Le réseau d'informations sur l'astrologie ne passe plus uniquement par le biais des médias, mais chacun devient acteur de sa façon de s'informer sur l'astrologie via le web ! Chaque astrologue est en mesure de se faire connaître sur le net avec son site ou son blog. Des informations précieuses sur l'étude de l'astrologie apparaissent. Les sites en ligne explosent, mais, pour certains, dévient aussi vers des techniques commerciales qui n'ont plus rien à voir avec de l'astrologie : en un clic, en un SMS ou en un mail, vous avez la réponse à toutes vos questions ! Une réponse sans doute, mais basée sur quoi ? Pas celle travaillée et étudiée d'un astrologue en tous cas ! Est-ce qu'un médecin pourrait vous soigner avec une vague explication de quelques lignes par SMS ? Bien sûr que non ! Il en est de même pour la véritable astrologie : aucune étude astrologique approfondie ne pourra être remplacée par un clic et heureusement !

La machine est lancée et continue sa progression : en 2011, l'ordinateur individuel est en train d'être supplanté par l'ordinateur nomade. Où que vous soyez, vous avez accès au web et à toutes les informations que vous souhaitez sur l'astrologie ! Une ère nouvelle commence : celle d'une consommation sur l'instant, à la seconde des informations, une sorte de fast food géant de la connaissance.

En résumé, en un siècle, toute la conception et la pratique de l'astrologie ont été révolutionnées ! Pourtant, il reste encore bien des choses à mettre en place...

Le revers de la médaille ? La véritable astrologie se perd sous la multitude des informations !

Après quelques siècles de disparition provisoire de l'étude des astres du devant de la scène, aussi fabuleuses qu'aient été toutes les avancées technologiques du dernier siècle, elles n'ont pas (pour l'instant) permis à l'astrologie de retrouver entièrement ses lettres de noblesse. Beaucoup encore l'ignore, mais l'horoscope de presse ne donne que des tendances générales pour chaque signe astrologique, car elle doit s'adresser (c'est clairement son rôle) à une masse souvent importante de lecteurs. L'horoscope correspond au b.a.-ba de l'astrologie : elle n'est pas l'astrologie dans son ensemble ! Comparer l'horoscope avec l'astrologie, c'est un peu comparer un enfant qui commence à parler avec un grand avocat ou un brillant orateur qui maîtriserait parfaitement notre langage ! Faut-il mettre pour autant les horoscopes au feu même lorsqu'ils sont faits par des astrologues (et, oui, ce n'est pas toujours le cas : parfois, des pigistes sans connaissance en astrologie fabriquent des horoscopes !) ? Sans doute pas ! Ils sont aussi la porte d'entrée à des connaissances plus poussées et plus approfondies de l'étude des astres.

Alors la discipline de l'astrologie moderne, c'est quoi ?

La vérité ? C'est que l'astrologie est beaucoup plus complexe que cela (il faut des années d'apprentissage pour être un bon astrologue !) : elle se subdivise en différentes écoles, courants ou disciplines qui ont vu le jour avec l'émergence des grands astrologues du XXème siècle. En effet, l'astrologie peut être utilisée à des fins diverses et variées. Il existe l'astrologie psychologique (qui découle des concepts psychanalytiques de Freud), l'astrologie prévisionnelle (dont l'objectif est de prédire l'avenir), l'astrologie médicale, individuelle, mondiale (associée à la prédiction des événements mondiaux), politique, boursière, statistique (les statistiques deviennent un outil pour tenter de valider les prédictions et les concepts liés à l'astrologie), karmique, l'astro-consulting, l'astro-couple, la psycho-généalogie par l'astrologie... et il existe bien d'autres branches. Chaque astrologue exerce l'astrologie en fonction de ses affinités et de son passé professionnel : si, par exemple, son métier d'origine est la psychologie, il aura tendance à privilégier l'astrologie psychanalytique au détriment des autres disciplines. Le médecin Janine Fontaine s'est spécialisé dans l'astrologie médicale. Un économiste aura un attrait plus fort pour les prévisions boursières ou économiques. Certains astrologues se penchent sur les prévisions mondiales alors que d'autres étudient exclusivement l'astrologie sur les individus.

Réduire l'astrologie aux horoscopes de presse ou à une seule branche, c'est ignorer la richesse incontestable de cette discipline. Il existe, par exemple, le métier d'historien en général puis certains historiens sont spécialistes du Paléolithique, du Moyen-âge ou de l'Égypte Antique. L'astrologie a la même richesse et la même diversité : il y a l'astrologie dans son ensemble et toutes les spécialisations qui lui sont associées. Pourquoi ? Parce que nous nous trouvons à une sorte de carrefour de connaissances : l'astrologie du XXIème siècle s'est construite à partir des millénaires passés et des connaissances de nos ancêtres. Elle porte en elle les réflexions, les recherches et les réformes de son temps. Elle n'est pas statique : elle est en mouvement et vit au rythme de notre Histoire et de l'évolution de nos modes de vie et de notre société actuelle et à venir.

Une histoire de l'astrologie qui évolue en fonction des découvertes archéologiques !

C'est sans doute le grand défi des astrologues du XXIème que de faire comprendre ce qu'est réellement l'astrologie ! Quant à l'histoire de l'astrologie, gageons qu'il y aura de nouvelles découvertes archéologiques qui nous permettront d'approfondir nos connaissances sur le vécu astrologique de nos ancêtres, mais ça, c'est l'Histoire qui nous le dira...

Première partie

 

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Google +
Partager par e-mail

 


calendrishop.com  ©  2010  -   - Tous droits réservés