On en parle en juin :

La journée de la Normandie

« Sur une plage de Normandie où je m’étais assoupi, la tête contre le sol, les galets m’ont raconté… » Ainsi débute un des nombreux poèmes écrits par les proches des soldats tombés lors du débarquement de Normandie du 6 juin 1944, évènement majeur de l’histoire contemporaine.

normandie

Pourquoi un débarquement ?

1942. Seconde Guerre mondiale. L’Allemagne contrôle la majeure partie de l’Europe. Les Alliés réunissent leurs forces pour libérer l’Europe, d’abord par un front méditerranéen. Mais cela ne suffit pas. Se pose la question d’un front ouest, le seul à pouvoir repousser les forces de l’Axe. Les Soviétiques, souffrant à l’est, le réclament ardemment, l’Angleterre, elle, freine car cela se ferait de ses côtes. Pourtant l’option va s’avérer inévitable.

Une décision réfléchie

Des rencontres des dirigeants alliés s’organisent pour discuter activement d’un périlleux, mais décisif débarquement.  Des divisions font que l’on continue d’abord de débarquer en Afrique du Nord, en Sicile. Puis la décision d’un front ouest s’impose. Août 42, un débarquement test à Dieppe permet de mesurer la défense allemande et préparer le vrai débarquement.
En 43 le débarquement est décidé, il s’opérera depuis l’Angleterre. Des centaines de convois traversent l’Atlantique pour installer soldats et matériels dans une Angleterre muée en base militaire géante.

Comment débarquer ?

De longs mois de débats élaborent une stratégie. Un état-major, le COSSAC est créé pour planifier l’opération nommée Overlord et dirigée par Eisenhower. L’objectif d’Overlord : reconquérir l’Europe. Il est décidé que l’offensive sera double : aéroportée et maritime. La Résistance française sera sollicitée pour perturber les Allemands en amont du débarquement dont il reste à trouver le lieu, la date…

Où débarquer ?

Le Mur de l’Atlantique (blockhaus, mines, pieux…) couvrant le littoral français, plus dissuasif qu’insurmontable, n’influe pas sur le choix du lieu qui ne se portera pas sur le Pas de Calais, pourtant le plus opportun, mais où les Allemands ont mis leurs meilleures troupes, persuadées que le débarquement s’y fera. C’est la Normandie, là où ils Allemands s’y attendent le moins, qui est la plus stratégique. L’Opération de désinformation Fortitude les conforte dans leur erreur : troupes fictives, chars gonflables et canons de bois sont installés face au Pas-de-Calais, sous la direction du redouté Patton.
Reste à peaufiner le vrai débarquement, fixer une date.

Quand débarquer ?

La date retenue était mai 1944, mais Eisenhower l’a repoussée à juin, le temps d’organiser un élargissement du débarquement pour atteindre plus rapidement le port de Cherbourg.
Le jour n’est laissé au hasard : mi-marée montante à cause des pièges, nuit de pleine lune pour les parachutages et aurore pour le bombardement naval. Ce qui donne le 5, 6 ou 7. Le 4, Eisenhower lance l’opération, mais l’annule à cause d’une tempête qui rassure les Allemands ; une éclaircie s’annonce le 5, il n’hésite plus et clame son célèbre « Let’s go ».
C’est ainsi que les toutes premières heures du mardi 6 juin 1944 entrèrent dans l’histoire.

Le D-Day

0H00. Les premières troupes aéroportées sont larguées à l’ouest et à l’est du secteur, non sans mal.
5H45. Aviation et armada bombardent le Mur de l’Atlantique.
Aube. Les Allemands découvrent incrédules une mer couverte de la plus grande armada de l’histoire : 5 000 navires avaient traversé la Manche dans la nuit. L’opération Neptune était en marche.
6H30. Les premières troupes terrestres sautent des bateaux sur les désormais célèbres Utah Beach, Omaha Beach, Gold Beach, Juno Beach et Sword Beach. Les Américains ouvrent la marche à Omaha et Utah, les Anglo-Canadiens débarquent sur les autres plages 1 heure après.

Le jour le plus long

Les soldats tombent les uns après les autres, mais toutes les plages sont conquises dans l’heure, sauf Omaha où s’anime une riposte intense.
Aussitôt après, assaut militaire et planeurs œuvrent au réapprovisionnement en carburant, matériels, véhicules.
Un problème était né de l’absence de port, mais anticipé par l’apport dans les bateaux, pièce par pièce, des ponts à construire sur place.

Au soir du 6 juin, les pertes alliées s’élèvent à 10 000 soldats. 155 000 soldats et 20 000 véhicules alliés pénètrent les terres sur 10 km.

Et après ?

Les Alliés profitent de la surprise allemande pour installer solidement régiments et équipements via les ports et le pipe-line construits qui résistent mal aux intempéries et pressent l’atteinte du port de Cherbourg.
La Bataille de Normandie est en marche. Difficile. Mais tout s’accélère fin juillet et Hitler commet 2 erreurs fatales : ôter des troupes à l’est pour soutenir l’ouest, permettant à l’URSS une reconquête ; et laisser moult troupes au Nord croyant que le 6 juin n’est qu’une diversion.
La libération de la France est en marche, rapide, implacable. Paris est libérée en août, le Rhin est atteint fin 44, les Russes fond de même à l’est. Berlin cerné, la fin de la guerre se profile.   

Et les Normands dans tout ça ?

Durant l’été 44, les Normands, pris dans une bataille géante, se réfugient dans des abris ou optent pour un exode périlleux. Les victimes civiles sont nombreuses. Mais chaque ville libérée accueille les troupes dans l’allégresse et beaucoup de calva, les vétérans aimant à dire qu’avec tout cet alcool offert ils auraient pu ouvrir une taverne.

Liberté, j’inscris ton nom

Tournant de la Seconde Guerre mondiale, le D-Day est ardemment commémoré, accueillant chaque année un nombre diminuant de vétérans. Un grand cimetière américain se dresse au-dessus d’Omaha Beach.
Une « Journée de la Normandie » favorise la transmission du souvenir… et en profite pour promouvoir la région.
En 2014, le 70e anniversaire du débarquement fit l’objet d’une grande célébration internationale très médiatisée.

« Liberté, j’inscris ton nom » clame l’appel pour que les plages du débarquement soient inscritesau patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

 

 


 

 

 

 

 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux.

Partager sur Facebook
Partager sur Twitter
Partager sur Google +
Partager par e-mail

 

 

calendrishop.com  ©  2010  -   - Tous droits réservés